Nos métamorphoses

Y a-t-il un roman dont vous aimeriez recréer la couverture et la mise en page ? Un récit si fascinant qu’il mériterait un nouveau look, pour séduire le maximum de lecteurs aujourd’hui ? 

Le choix de Raphaël Leboucher, designer et enseignant à Bellecour Ecole, s’est porté sur “La Métamorphose” de Franz Kafka. Peut-être avez-vous lu ce petit bijou fantastique qui raconte les mésaventures d’un représentant de commerce subitement transformé en insecte. 

Pour nos étudiants de 2° année Bachelor Design Graphique, tel était le défi : proposer une nouvelle maquette pour la jaquette de couverture et le livret intérieur de 100 pages.

CAMILIA S.

LEONIE G.

KIM B.

R. Leboucher nous explique que chaque étudiant devait proposer 3 techniques différentes : de la typographie nécessairement, mais aussi (au choix) de la photographie, du photomontage, de l'illustration numérique, du dessin fait main, de la linogravure, du papier découpé. 

Au-delà du déploiement créatif, le but était d'”apprendre à manipuler des images vectorielles et bitmap ainsi que savoir automatiser des tâches avec Indesign, Photoshop et Illustrator”, les trois logiciels majeurs de la suite Adobe.

ADAM L.

FLORIAN J.

Et ce faisant, nos étudiants ont appris à gérer et respecter un cahier des charges imprimeur, en respectant les normes européennes actuelles : “profils colorimétriques adaptés en fonction du type du papier, application des fonds perdus, respect de la haute résolution des images, etc.”

Finalement, La Métamorphose, c'est aussi et surtout celle de nos étudiants qui opèrent peu à peu leur transformation de jeune créatif en futur graphiste. Donnons-leur la parole pour en savoir plus sur leur processus créatif.

J'ai réalisé cette jaquette tout en écoutant le livre audio de la Métamorphose, j'ai eu une démarche assez instinctive. Je suis parti d'une typographie avec un corps assez épais : la Montserrat. J'ai écrit "La Métamorphose" puis j'ai petit à petit déformé mes lettres sur Illustrator tout en respectant ma grille.

Je trouve le travail de la typographie très intéressant, car il faut comprendre ses points forts pour les exploiter à leur maximum.

OLIVIER T.

Pour concevoir les maquettes, j'ai réparti les différentes séances de travail selon les étapes à réaliser : un cours me permettait de faire une analyse des existants actuels en termes de couverture de livre, un autre était purement graphique ou je concevais les illustrations, un troisième cours était spécialement utilisé pour la mise en page des textes par exemple. J'allais également de temps en temps demander conseil à Mr. LEBOUCHER afin qu'il puisse me donner son avis sur ce qui allait et sur ce qui n'allait pas, ce qui m'a permis de développer davantage mon travail.

J'ai utilisé différents logiciels selon ce que j'avais à réaliser. J'utilisais Illustrator pour les illustrations vectorielles en aplat de couleurs, Photoshop pour les photomontages qui demandaient beaucoup d'effets visuels, et enfin InDesign pour la mise en page des textes une fois mes illustrations terminées.

Pour la partie graphique je me suis inspiré des couvertures nationales mais aussi européennes et internationales qui avaient été réalisées pour le livre. Cela permet de découvrir des couvertures totalement différentes les unes des autres mais tout aussi inspirantes.

Le projet m'a beaucoup plu car malgré une ligne directrice autour de l'histoire de La Métamorphose, nous restions très libres graphiquement ce qui permettait de pouvoir tester des axes très différents. C'était un exercice très créatif avec beaucoup de libertés.

THOMAS A.

Dans ce projet j’ai essayé de travailler l’image de l’insecte, que l’on retrouve dans le livre, de manière nouvelle. Pour ne pas tomber dans le déjà-vu, j’ai essayé de créer quelque chose d’innovant qui puisse intéresser et intriguer. Au final j’ai développé mes empreintes au feutre sur l’intégralité du livre de manière à créer une unité, une cohérence globale.

Cela a été très satisfaisant de constater que mon projet final avait l’apparence d’un livre ordinaire, que l’on pourrait retrouver en magasin. J’avais l’impression de réaliser un projet qui pourrait être professionnel et non scolaire ce qui est très motivant.

JULIE M.

Pour ce projet, j’ai remarqué que l’immense majorité des couvertures existantes comportaient d’une manière ou d’une autre la représentation d’un cafard. Mon objectif de travail a donc été de ne pas faire apparaître cet insecte sur mes propositions, qui étaient donc les suivantes : 

  • Une représentation d’une scène, sombre, dans laquelle transparaîtrait le sentiment d’oppression du personnage.
  • Une représentation abstraite, vaguement inspirée du glitch art, qui symboliserait le décalage progressif du personnage principal par rapport aux autres.
  • Un travail typographique, réalisé par photocopies successives du mot « métamorphose » qui est dégradé à chaque nouvelle photocopie, dont l'assombrissement croissant montre la descente aux enfers du personnage. 

J’ai aimé ce projet car je suis une grande adepte de cette œuvre littéraire, et particulièrement de l’ambiance sombre qui s’en dégage. Le travail de couvertures laisse une place large à la créativité, et j’ai pu exprimer mon style personnel.

CAROLINE D.

Je commence toujours mes recherches au crayon en posant toutes mes idées sur planches papier. Je finis par sélectionner un des croquis que je développe au propre sur une feuille à part. Mon travail passe enfin par un traitement numérique plus ou moins important selon le résultat souhaité. Ici, l'illustration de la jaquette a été essentiellement composée sur Illustrator.

Le titre du roman de Franz Kafka m'a fortement rappelé Les Métamorphoses d'Ovide, et les illustrations des céramiques grecques antiques. (…)

M.Leboucher nous a guidés dans la conception de ces jaquettes, jusqu'aux étapes techniques importantes, tout ce qu'on ne voit pas derrière une couverture. Une belle introduction vers cette branche du Design Graphique.

Avoir la possibilité d'être accompagné vers un résultat professionnel m'apporte beaucoup d'enthousiasme pour la suite. J'espère avoir l'occasion de créer d'autres travaux du genre illustratif.

LORENZO A.

Ce qui m’a beaucoup plu dans ce projet c’est le fait d’avoir été totalement libre dans nos démarches créatives, tous les outils étaient permis.

De ce fait j’ai réalisé une couverture typographique qui évoque la transformation du personnage principal. Par l’inconstance et l’irrégularité des formes du caractère, ma typographie subit une transformation et un effet de mouvement est créé.

Pour cela j’ai fait plusieurs essais sur papier pour l’élaboration de la typographie puis je suis passée sous Illustrator.

Le fait d’avoir la possibilité d’être libre créativement m’a poussée à m’investir et à réaliser quelque chose que j’aimerais avoir entre mes mains.

NADINE BM.

En savoir plus sur nos formations en design graphique sur Lyon

  • BELLECOUR ECOLE est un établissement privé d’enseignement supérieur. Plus qu’une école de design graphique, c’est un vrai laboratoire créatif qui permet d’échanger avec des étudiants issus des secteurs de la Mode, du design Produit, de l’Architecture d’Intérieur, du Cinéma et du Jeu Vidéo.
  • Pour en savoir plus sur notre formation en design graphique sur Lyon

bachelor design graphique et digital bellecour ecole
Bachelor Design Graphique et Digital

Découvrir

Que faire après un Bachelor Design Graphique & Digital ?

À l’issue de notre formation, vous accédez au poste de designer graphique digital, dans des agences de graphisme ou de communication publicitaire, mais aussi dans des studios spécialisés dans l’édition ou le digital. Vous pouvez également poursuivre votre cursus en École des Beaux-Arts, ou en Mastère Design UX/UI ou en Mastère Direction Artistique & Stratégie de Marque

Télécharger la brochure Bellecour Ecole