1ère Année Bachelor Design & Digital

Design & Digital

1ère année, pour une vision globale du Design : l’interview de Maya Naruse, intervenante en Design Produit.

17 juin 2020 - 0

Designer, Maya Naruse intervient à Bellecour Ecole depuis 2014 et a même fait partie du conseil pédagogique au sein de l’école ! Passionnée et passionnante, elle nous présente son parcours :

  • Qu’enseignez-vous à Bellecour Ecole ?

J’enseigne le design produit en atelier de conception. L’atelier de conception, tant en 1ère année de Bachelor que sur les années suivantes, est le lieu de la mise en pratique des apprentissages théoriques au travers de projets de création de produits.

Ce n’est pas un cours en tant que tel, je dirais que c’est une séance de travail alternant point méthodologique, partage de connaissances et de références, travail collectif, présentation, travail en autonomie et suivis individuels.

  • Et en dehors de Bellecour Ecole ?

En parallèle de cela, je suis designer indépendante, à mon compte depuis 2012, après 4 ans en agence. Je me qualifie de designer globale car mes missions auprès des entreprises traitent autant de design d’interaction, de produits, d’espace que de graphisme. Depuis quelques années, je développe une activité d’illustratrice.

  • Comment transmettez-vous votre expertise et votre expérience professionnelle aux étudiants ?

Dans le cadre de l’atelier de conception, ce qui est essentiel, c’est la mise en place d’une méthodologie de travail. Donc mon intervention consiste principalement à guider les étudiants en 1ère année qui viennent souvent d’un cursus scolaire où la part créative est rare, afin qu’ils comprennent et réussissent à mettre en place une démarche créative dans leurs projets. Mon parcours professionnel protéiforme m’a permis de réaliser que quel que soit le domaine ou la spécialisation en design, la ligne directrice de tous projets, c’est cette démarche.

Ensuite, il y a évidemment des techniques qu’on développe pour analyser des besoins, booster la créativité, communiquer un concept ou tester une idée. J’aborde ces différents aspects dès la 1ère année et on les renforce au fur et à mesure.

Enfin, il y a une dimension culturelle : nos métiers sont très mouvants et dépendants à la fois d’innovations, de tendances et d’évolutions sociétales. La curiosité et l’envie d’explorer, à la fois dans nos spécialités et ailleurs, sont des qualités nécessaires selon moi à tout bon designer.

  • Selon vous, quel est l’intérêt de la 1ère année Design ?

C’est une année de découverte : pas uniquement de ce qu’est le design et de la manière de le pratiquer, mais plus largement, d’un monde professionnel qui est différent de ce qu’on a pu vivre jusqu’au lycée. Et aussi une année de découverte de soi.

Cela peut sembler présomptueux, mais dans les métiers créatifs, il n’y a pas de vérité absolue. Je vois souvent la première année des étudiants qui s’attendent à ce que je donne les bonnes réponses. C’est quelque part un apprentissage de la relativité ! Cela peut être perturbant, de devoir faire des choix soi-même et de prendre les responsabilités de ceux-ci, et en même temps, cela peut devenir grisant car quand on arrive à dompter les contraintes, la créativité offre de la liberté.

Par ailleurs, cette première année permet d’avoir une vision globale et transversale du design, et tout en s’initiant aux différentes spécialités, on peut en apercevoir les porosités. Pour moi, en tant que professionnelle, c’est très important : dans nos métiers, on est sans arrêt amené à collaborer avec d’autres spécialités, d’autres corps de métiers, et si l’on a un profil de chef de projet, directeur artistique ou coordinateur projet, on devient même chef d’orchestre.

  • Des conseils pour les étudiants qui hésiteraient à intégrer ce cursus ?

Si vous êtes curieux, créatif, motivé et intéressé par tout ce qui touche au design, il n’y a pas à hésiter ! Il n’y a pas de profil type pour intégrer le cursus, qu’on vienne de filière générale, professionnelle, technique ou suite à une réorientation, chacun peut trouver sa place dans les sections design. Il y a beaucoup d’entraide et d’échange entre étudiants, et la diversité des profils est justement une richesse qui permet l’émulation. Les métiers du design sont très complets, et chacun peut avoir ses points forts et la première année est là pour progresser sur ses lacunes.

Par exemple, il y a un a priori qui consiste à croire qu’il faut absolument savoir dessiner : ce n’est pas un prérequis, car on peut être créatif, avoir des idées brillantes sans savoir dessiner ! Par contre, c’est un atout non négligeable pour communiquer un concept, c’est pourquoi son apprentissage est prioritaire en 1ère année.

D’autre part, si vous n’êtes pas sûr de la spécialité que vous souhaitez poursuivre, la première année est justement une année d’initiation qui permet de construire son choix d’orientation. Et inversement, on peut penser être sûr de soi en intégrant la formation, et se rendre compte par la pratique que d’autres possibilités existent. Il y a souvent des évolutions en cours d’année sur les choix de spécialisation ! L’année est ponctuée de 2 temps forts pour consolider ces choix d’orientation : encore une fois, chaque étudiant est acteur de son parcours et on lui donne les outils pour montrer ses appétences et sa motivation.

Laisser un commentaire

comments