3D & Entertainment

MASTERE 3D Art

MASTERE Réalisation 3D et Transmedia

De Bellecour à Moi, moche et méchant

16 janvier 2014 - 1

A Bellecour on aime bien prendre des nouvelles de nos anciens et ils nous le rendent bien.
Ludovic Gavillet qui avait réalisé Monsterbox pour son projet de fin  d’année de Bachelor Infographie Animation 3D a fait un bout de chemin depuis qu’il a quitté les bancs de l’école.
Il a pris le temps de nous donner de ses nouvelles et le moins qu’on puisse dire c’est qu’elles sont plutôt bonnes 🙂

Moi, moche et méchant

Bonjour Ludo, tu es diplômé de Bellecour École depuis 2012. Quel est ton poste actuellement ?

Je travaille en ce moment en tant que color artist sur un nouveau projet hyper méga top secret de long métrage d’animation à Illumination Mac Guff (Moi, Moche et Méchant). Mon boulot est de mettre en couleur personnages et décors en 2D afin de donner toutes les informations nécessaires aux surfacing artists chargés des textures. Parfois c’est une simple mise en couleur mais souvent toute une recherche pour avoir la meilleure harmonie colorée.

Moi, moche et méchant

Sur quels autres projets as-tu travaillé ?

En arrivant à Illumination j’ai travaillé les trois courts métrages bonus du DVD de Moi, Moche et Méchant 2. Ce sont trois petites histoires rigolotes directement issues de l’univers de Gru. Il y avait beaucoup de réutilisation d’éléments déjà conçus pour le long métrage. Je me suis alors occuper du design et de la couleur de personnages, décors et props manquants. J’ai aussi pu faire les lighting key de deux courts métrages. Bref, un petit peu de tout et c’était génial pour démarrer!
J’ai aussi fait quelques boulots de commande de character design et illustration dans mon temps libre.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=uqszKFsaBpo]

Est-ce que la réalité du métier est conforme à l’idée que tu te faisais du Concept Art ?

A peu près oui. J’ai tout de même été surpris de voir à quel point (sur long métrage en tout cas) chaque étape de création au département artistique correspond à un métier précis. Par exemple, pour la création d’un décor, il y a d’abord des concept artist ou visual development artist qui proposent plusieurs directions et possibilités, puis des set designer chargés de faire un dessin précis au trait, et enfin des coloristes s’occupent de la couleur et de la lumière. Tout ceci est assez poussé et une fois validé par les réalisateurs, l’adaptation en 3D respectera au plus proche ce travail. Ce qui est assez gratifiant. Mais parfois cela peut aussi être contraignant.

Quant au boulot de concept artist en soit (ce que je ne suis pas hein, je suis juste color artist), ça semble être génial car c’est là qu’on peut proposer un maximum d’idées, pour l’histoire, pour le style… Ça doit vraiment être le top, bien que très difficile!

En quoi penses-tu que ta formation était adaptée aux besoins d’une telle société de production ?

Mon véritable atout, c’est d’être polyvalent. Ma formation à Bellecour m’a permis d’étudier et pratiquer toutes les étapes d’une production 3D. Grâce à ça en arrivant à Illumination j’ai tout de suite compris la chaîne de production et su gérer mes design selon les besoins et le budget, étant conscient de la difficulté pour l’adaptation en 3D. Je pouvais aussi facilement et rapidement jongler entre 2D et 3D si nécessaire, cela m’a fait gagner beaucoup de temps parfois.
Je pense également que l’école m’a permis d’évoluer dans le bon état d’esprit et m’a poussé à devenir autonome. Cela a tout à fait contribué à rapidement me sentir à l’aise et à faire ma petite place dans ce grand studio. Merci Bellecour 🙂

« Monsterbox« , ton film de fin d’études, continue à faire le tour du monde dans les festivals. C’est un bon souvenir pour toi ?

Absolument! Quelle magnifique récompense après une année de dur labeur de recevoir un tel accueil dans les festivals! J’ai même tout récemment été invité à présenter les coulisses du film à des enfants au festival de Brest. Le succès du film sur internet était complètement inattendu aussi! Grâce aux nombreux commentaires et e-mails que nous avons reçu j’ai été très ému de savoir que nous avons réussit à toucher et même parfois tirer une petite larme aux spectateurs. C’est beau de raconter des histoire.

bellecour_monsterbox

Comment vois-tu ton avenir ?

Je crois que je vais simplement laisser faire les choses! Je me rends compte que depuis une année dans la vie professionnelle, mes envies pour l’avenir ont énormément évolué. Donc je crois que je vais déjà aller au bout de ce premier long métrage, continuer d’apprendre et d’évoluer grâce à tout ces gens talentueux autour de moi, être à l’affût de toute opportunité, et surtout prendre du plaisir, comme toujours!

C’est avec un peu de nostalgie et une petite larmichette au coin de l’œil que l’on souhaite une excellente continuation à Ludo et que l’on partage une nouvelle fois et avec grand plaisir son court métrage Monsterbox.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=iSexOBHpGxE]

Laisser un commentaire

comments